On est jamais mieux servi que par soi-même… Même dans le domaine de la santé mentale!? 

En cette journée grise, froide et plate du mois de novembre, j’ai  envie d’écrire sur un truc plus sombre. Ouuuuuhhhhh!!! C’est un problème dont nous sommes plusieurs à devoir dealer avec de nos jours; Le Trouble de la panique. 

Avec tout le brouhaha, le stress et les obligations de la vie quotidienne, c’est pas surprenant qu’on soit de plus en plus pogné avec ce parasite là. On est tellement pressés qu’on manque de temps. On manque de temps pour s’arrêter, prendre le temps pour les trucs qui importent VRAIMENT. Les yeux rivés sur nos téléphones ou la télé pour se changer les idées, c’est bien plus facile d’enterrer le méchant que de le confronter!

 Le maudit trouble de la panique. Il est tenace, il ne semble pas avoir de recette miracle pour s’en débarrasser une fois qu’il fait surface et, on va se le dire; c’est un beau gros tas de la marde.

Pour ma part, je vie avec ça depuis le début de l’adolescence. Je me disais « Bonne dans le contrôle de mes crises ». Tel un Jedi, je les sentait venir, elles ne degénéraient presque jamais depuis des années et je vivais bien avec la chose….

Jusqu’à récemment.

Les crises ont changés, je dirais. La gorge me serre, je me sent étourdie comme si je tombais dans le vide… c’est pourtant très semblable à tout ce que j’ai déjà connu… Tout en étant complètement différent à l’intérieur de ma tête. Je me sens dépourvue de mes moyens, j’ai aucun contrôle! Le pire dans tout ça, c’est que ça arrive généralement sur l’autoroute…

 C’est que j’ai fait ce qu’il ne fallait pas faire: j’ai associé la crise à un endroit. Tout ça parce que, UNE fois, ça m’est arrivé en conduisant. La 2ieme et 3ieme fois, sentant une mini crisette de rien monter, je me suis dit « Kin! Je vais confronter ça en prenant un autre chemin! » Je me suis retrouvé a faire des détours sur les routes plus smooth au bord de l’eau… et ça marchait, j’avais la paix!  Mais ce fut ma pire erreur. Ce qui arrive, c’est quand la vie ne permet pas de retards et que la panique prend sur l’autoroute, sachant que je ne peut pas prendre la prochaine sortie, ça s’envenime mon affaire. Pis pas qu’à peu près. Le  coeur bat la chamade, j’ai l’impression que ma gorge se sert tellement que l’aire ne passe pas aussi bien que d’habitude, je tremble et j’ai parfois l’impression que je vais perdre connaissance tellement je panique. Puis plus je panique, plus JE PANIQUE. Parce que une perte de connaissance sur l’autoroute, on veut pas ça! Fekkee Mouain , Bienvenue dans ma réalité!

J’en ais parlé à mon médecin et il m’as référé à une technicienne en santé mentale. Ça s’arrête là. Parce qu’après notre première et dernière rencontre, elle n’as pas cru bon de me référer un psychologue ou à un autre professionnel. Elle ne me reverra pas non plus parce que j’ai l’aire de comprendre mon problème…… Je me demande, Est-ce que c’est vraiment ça le système? 

Je sais que je connais quand même bien le trouble de la panique… je veux dire, je connais les erreurs que j’ai commis au cours des crises pour qu’elles empirent et je sais ce que je « devrais » faire et penser quand ça arrive. Quand on regarde ça, ça semble facile. J’ai tout les outils; Il est où le problème? Vas-y fille!!

Mais tsé, on appel ça un trouble mentale Hen.. Pourquoi? J’ai pas fais d’étude en médecine, mais il me semble que c’est parce que ça doit se passer DANS LA TÊTE!!?!!

 Ma fabuleuse caboche, justement, parlons-en. Elle a beau savoir ce qui lui arrive mais le problème, c’est qu’elle ne le comprend pas. C’est comme si je te disais  « Je sais que ma porte d’entrée de maison est à droite », mais que je me mettais à la chercher à gauche. Ça ne fait pas de sens et j’en suis consciente. Mais c’est comme ça!  

Honnêtement .. je ne sais plus quoi penser. Ça me déçoit de ne pas avoir d’aide ou d’appui venant de professionnels. Même si j’avais été sur une liste d’attente de 2 ans, ça aurait été un long tunnel avec une lueur au bout, au moins! Mais bon! Je les envoient chier, le doigt du centre bien droit dans leurs face. Je sais que je suis forte et que je vais me trouver des moyens à force de le vivre.  Parce que j’ai déjà passé par la. Parce que c’est comme ça.  

Publicité

Miss Licorne sur Tinder

wp-1464921863805.png

On va commencer par le début.

Tinder pour les nuls: Pour ceux qui ne connaissent pas ça, c’est un croisement entre un site de rencontre et un jeu. Oui oui, un jeu! Ça fonctionne avec ta localisation sur le téléphone. Tu choisis ce que tu veux regarder: Hommes, Femmes.. les deux! Why not?! Dans le groupe d’âge de ton choix, qui sont au nombre de kilomètres que tu es près à parcourir pour rencontrer… En veux tu de la précision? En v’la! Tu swipe les profils des gens (qui sont constitués généralement de quelques photos et une description en punch lines). À droite si tu aimes, à gauche si tu n’aimes pas. Quand les 2 personnes se sont swipper à droite, elles ont un match et la super-autorisation de chatter. Bon asteur qu’on sait de quoi on parles, on peut jaser.

Fekkkeeee je vais parler de mon amie. On va l’appeler Miss Licorne.

Miss Licorne aimait bien ce jeu, mais n’osait pas s’y inscrire. Tinder, au dire des « gens » est surtout utilisé pour les histoires d’un soir et ça, ça n’intéresse plus Miss Licorne depuis longtemps. Elle utilisait Tinder sur le téléphone de ses amies et devenait surexcité quand elle avait un match. Oui, même si ce n’était pas avec son profil personnel, elle se mettait à galoper de bonheur à coup sûr, chaque fois! C’est le sentiment « d’avoir gagné » que ce jeu là procure qui est complètement stupide… mais a un côté TELLEMENT… valorisant?! On va dire ça de même, ouais.

Un jour, Miss Licorne à dû s’inscrire sur Tinder. A « dû », parce que ses amis était écoeuré de se ramasser avec des match qui ne les intéressaient pas. Bah, elle était pas obligé la… mais elle le fit pour le trip, tsé! Cest une Licorne-Ninja game de même. Parcontre, son profil expliquait très bien ses intentions de « juste swipper » et de rien vouloir savoir du reste. Elle se faisait plus sélective, maintenant que c’était sa face bien à elle qui était sur le profil.

->Et s’est pourtant ramassé avec 98 match en 4 jours.<- OUI ÇA SE PEUT. JE L’AI VU!

Elle s’était arrêté là. (Évidemment! Un moment donné ça suffit..) et s’est donné comme mission de répondre à ceux qui lui écrivaient (pas tous la.. ça lui arrivait de dormir et manger parfois) Ainsi, elle ferait le ménage des Oui, des Non et des Peut-être. C’était une énorme perte de temps, mais dans le fond, ça faisait juste remplacer les moments de flânage sur Facebook. Pis on va se le dire la; Facebook, y’a des journées qui a vraiment rien de constructif là-dessus!

Le matin de sa 5ieme Journée-Tinder, (elle avait eu le temps d’en effacer… quoi?! 5?!)  Un gars parmi le troupeau sest démarqué avec ses petites phrases bien drôles. On va l’appeler Tinder-boy. Miss Licorne était en route pour le travail. Il lui a donc proposer de venir lui parler le soir après son shift sur le chat. C’est ce qu’il fit. Elle était brûlé de sa journée, dans le lit à 9h30, munit de son téléphone.  Il l’as tellement fait rire juste en lui écrivant qu’elle n’as pas pu couper la conversation et s’est couchée 2 heures plus tard. Naturellement, ça donné envie à notre petit Poney-à-corne de le rencontrer ce Tinder-mongole la! La fin de semaine suivante, c’est ce que Tinder boy et Miss Licorne furent. Ils se sont finalement vus face-à-face. Elle était en lendemain de veille et ils allaient passer la journée ensemble à se promener à travers Montréal au gros soleil tapant. Dit de même, je sais que ça l’aire d’une idée de marde la… Mais justement parce qu’elle était fatiguée, elle était zéro-stressée et n’avait naturellement aucune attente, vu ses zéros-intentions d’être sur Tinder!

La journée fut parfaite. Ah non j’exagère pas du tout sur les mots! Ils ont rient comme des mongoles toute la journée, ont vécu des péripéties de fous, des « premières fois » à faire des activités ou bien des endroits jamais explorés. Ils dégageaient tellement de fla-fla-quétaine, que les gens avaient envies de leurs sourir ou venir leurs parler. Tsé! Un affaire de film la que quand ça arrive, te pincer pour t’assurer que c’est bien réel, ne fait même plus la job; tu dois te couper un orteil et t’assurer que ça saigne à place.. Ou de quoi dans le genre..

Aujourd’hui, ça fait environ 5 fois qu’ils se voient et c’est encore fou de même! C’est encore très tôt pour donner un nom a ce phénomène. (Faut dire qu’ils ont encore leurs 10 orteils chaques..) Extrapolons!  Serais-ce l’amour!? Une histoire, qui fera parti du passé le mois prochain, comme un coup de vent parti aussi vite qu’arrivé? Un debut dune amitié (ça serait weird un peu.. mais tout se peut en 2016) Who knows!

Ce à quoi je veux en venir, c’est qu’on ne peut pas juger ce qu’on ne connaît pas dans la vie. Miss Licorne a beaucoup jugé Tinder. Aujourd’hui elle a un complice à qui elle écrit tout ce qui lui passe par la tête à longueur de journée, avec qui elle peut planifier des trips de mongoles, rire aux éclats, et surtout, SURTOUT, même en se connaissant si peu, Tinder-boy et Miss Licorne s’autorisent à être eux même; 2 mongoles qui se prennent pour des Ninja.  Que ce soit un flirt passager, ou que ça dure pour l’éternité, ce qu’ils vivent maintenant les changeront à jamais. Apprécier et se faire apprécier ouvertement comme ça, sans filtre, sans peur et en toute simplicité, ça ne peut faire autrement que de changer la perspective sur les relations de nos jours. Arrêtez de vouloir plaire. N’ayez pas peur; Soyez vous-même. 😉

 

Ma nouvelle vie seule.

wp-1463020905509.jpg

Je n’ai pas écris depuis un bail! Ma vie a quelque peu changée; Je suis devenue célibataire! BEEEENNN OUI TOI!

Ça choque les gens cette nouvelle. Comme si ça n’arrivait jamais à personne. « Oh mon dieu, t’es tu correcte? » Tsé, revenez-en!! Ce n’est pas une maladie, ni une raison de perdre la soif de vivre. La majorité des gens en 2016 ont passés par là et repasseront malheureusement par là un jour. Je ne veux pas être négative ici. Je crois que c’est juste réaliste vu notre triste réalité de sur-consommation, de réseaux sociaux et du tout-accessible-en-un-claquement-de-doights. Faut arrêter de penser que la vie s’arrête là… la vie fait si bien les choses; Faisons-lui confiance un peu! Je tiens à le dire clairement; Une rupture, c’est triste sur le moment, puis ça enchaîne sur quelque chose de vraiment bien. Un nouveau chapitre qui commence et qui commence par JE! En tout cas, moi, je m’en sort très bien. Même que j’ai retrouvé un certain equilibre mental si on peut dire..

J’ai beaucoup été en relations dans les 6 dernières années, et à force de vouloir plaire à la tendre moitié avec qui je fesais mon bout de chemin, comment dire… j’ai fini par me perdre.

On va se le dire pareil; Apres tant d’années à toujours être avec quelqu’un, ça fait drôle de se retrouver avec notre nous-même. Les 2 premières semaines, je faisais des crises d’angoisse, javais toujours besoin d’un(e) ami(e) a mes côtés… puis je me suis forcée à passer du temps seule. Pour être totalement honnête, des fois je n’avais tout simplement pas le choix! Le retour de mes chats dans mon apartement à énormément aidé. Puis j’ai eu envie de faire un gros ménage chez moi. Tout ce que je remettais à plus tard dans les dernières années (parce que j’étais toujours chez mon Ex) s’est fait dans l’espace de 2 jours.

Sentiment de légèreté incroyable!

Et puis l’envie d’être seule est arrivée, tout bonnement, un matin. J’avais envie d’aller lire sur la galerie et c’est ce que j’ai fait pendant presque toute la journée! Je m’impressionne à chaque moment de gaieté dans ma solitude. C’est tellement libérateur de réapprendre à se connaître. Si vous n’avez jamais pris le temps, je vous le dit, c’est malade! Je savoure chaque moment 😊

Quand je travail, parcontre, ca se complique. Je travail à environ 40 minutes de chez moi et je fait mon 40h condensé en 3 jours. Donc évidemment, je ne retourne pas à l’appartement. Ma vie d’avant etait que j’allais chez mon « chum » qui habitait dans ce coin là. Une fois la rupture fait, la routine se fait comme emporter par LA vague prenant résolutions, alimentation et bonnes habitudes au passage…presque tout y passe! Je suis donc retournée vivre dans mes bagages quand je travail. Mais c’est correcte. J’irais même jusqu’à dire que c’est parfait ainsi! J’aime bien la vie de nomade je crois.. et avec l’été a notre porte, c’est bien plus plaisant de conduire, voir les amis et la famille de gauche à droite. OUI, je m’étourdie dans ce 3 jours là. A mon avis, ce n’est pas une si mauvaise chose. Pour vrai, ça me procure un certain plaisir. Une genre de drogue!

Je suis toujours végé. (du moins, je fais de mon mieux)  Je trimbale même mon germoir avec moi pour pouvoir continuer à bénéficier de la nourriture « vivante ». D’un autre côté, j’ai perdue l’envie de cuisiner… Ça va revenir!

J’ai appris à prendre le temps comme il venait. Seconde par seconde, sans rien attendre de la vie. À date, je suis loin de la déception!  La vie n’as fait que me surprendre depuis que je me suis mis à appliquer cette règle. J’en conclu donc que la clef du bonheur, ce n’est rienque ça! Je vais en sortir plus ancré sur la personne que je suis et ce moment seul, je vous l’assure, ne va que m’apporter les outils nécessaires pour bâtir un avenir stable avec mon « mien » qui se trouvera sur mon chemin au moment parfait que la vie aura décidé 😊 Voilà!

En ce 11 février à -20°C

Aujourd’hui, je suis la fille qui a un cache-cou autour de la taille comme une jupe par dessus son pantalon. Pourquoi? Est-ce que j’essaie de partir une mode? Eh bien non. Aujourd’hui je suis celle qui est entrée avec un trou dans les pantalon dans la couture de la craque de fesse, centré au centre pour que sois bien à la vu de tous. Et c’est aujourd’hui, pendant que je fais une journée de 13 heures au boulot que ça arrive, évidemment!

Aujourd’hui est aussi une journée où je trouve tout particulièrement drôle parce que je suis fatigué. Mon Johnson s’est fait allé le miaulement une bonne partie de la nuit et, à 4h30 am, j’ai décidé que c’était assez. (Ben ya aussi que mon chum était sur le bord de l’égorger) J’ai pris mon chat, je l’ai COLLER contre moi SOUS les couvertures en le tenant bien fermement, comme un enfant tiens un toutou quand il viens de faire au cauchemar. Je me suis rendormie ainsi. L’obligeant à rester là. Pendant un bon 30 minutes. Parce que je l’aiiimmeeee à la folie mon chat ♡ Il n’as pas  recommencé par la suite… sais pas pourquoi!

Le changement

2016-02-11-10.46.23.jpg.jpg

Ça la.. ça m’énarve. Pourtant j’adorais le changement étant plus jeune. J’en avait besoin. De l’adolescence jusqu’à la jeune adulte que j’étais, javais soif de découverte de nouveaux horizons, de nouvelles expériences… Bref comme tout les jeunes de cet âge! Depuis presque 7 ans, je suis dans cette même routine de travail. Emmitouflée dans ma petite ouate bien confortable, je sais exactement à quoi m’en tenir chaque matin en me rendant au travail. Il n’y a jamais vraiment de stress

« 🎵Hi-ho, Hi-ho je m’en vais au boulot🎵 »

Depuis 2009, je suis ici, blottie dans mon petit confort stable et non-variable. La vie est correcte. C’est plate mais c’est safe, tsé..

Il y a 3 ans, j’ai commencé tranquillement pas vite a me tanner de ma petite vie monotone à l’emploi. Et depuis l’an passé, je ne suis plus capable. Jai l’impression de plafonner depuis longtemps. Cest comme s’il n’y a plus place à l’épanouissement. Que j’avais appris ce que j’avais à apprendre ici, vu ce que j’avais à voir et fait ce que j’avais à faire.

Je me suis donc mis à regarder ailleurs.  Sans oser envoyer de CV, bien sûr. Après avoir travaillé tout ce temps sous le même toit, ca fait peur de se pitcher dans l’inconnu. J’ai commencé à en parler autour de moi, que j’aimerais changer de domaine. J’ai fait un cours santé sécurité pour avoir mes cartes pour pouvoir rentrer sur les chantiers de constructions. Je crois que j’aimerais travailler à l’extérieur.. puis j’ai décider de vouloir faire un cours de classe 1 pour conduire des camions à place… puis finalement, j’ai trop de points d’inaptitudes pour faire la demande du cours.  Ça irais en novembre 2016. Donc quoi? On attend encore?! Ben oui, on va attendre et se tenir tranquille sur les routes en attendant.

Mais la… ! Ça change pas le fait que je suis tannée de cette routine! Retour au point de départ, Il faut que ça bouge. Depuis, quand je me lève pour aller travailler, je me meprise dans le miroir de stagner ainsi. J’en ais parlé à mon employeur. Mais qu’est-ce qu’elle peut faire?! Rien pour m’aider. Elle ne peut ou elle ne veut pas…Honnêtement, je ne sais pas. Bah que ça soit un ou l’autre, je suis la à attendre que le changement vienne a moi…. mais il ne viendra pas seul! Réveil Vi!

J’ai alors monté mon CV la semaine passé POUR VRAI. Je l’ai envoyé à un endroit très bien payé, avec avantage sociaux et tout le tralala. UN endroit. Le genre de place qui te font passer 3 entrevues et qui demande des qualifications dans le genre Avoir 10 ans d’expérience à faire ça, 10 ans à faire ci, avoir un Bac, une maîtrise, un doctorat, SAVOIR CONDUIRE DES AVIONS, AVOIR ÉTÉ SA LUNE, AVOIR INVENTÉ LA CURE CONTRE LE CANCER… et avoir moins de 25 ans. Est-ce mes grandes ambitions qui m’ont fait choisir cette voie là, ou est-ce la quasi-imposibilité de me faire sélectionner? Nooo idea! …Eh ben, à ma grande surprise, ils m’ont rappelés 😑 J’ai passé l’entrevue cette semaine. Une entrevue avec des questions qui demandais beaucoup d’imagination. Genre, « pourquoi est-ce qu’on devrais t’engager TOI plutôt qu’un autre? Qu’est-ce que tu peux apporté à notre compagnie? »

Dans ma tête, ça comme fait « Euuuuuuuuuuuhhhhhh JE LE SAIS TU?!? Je ne connais pas les autres candidats. Je ne suis pas doté de pouvoirs extraordinaires du service à la clientèle et qui sait, peut-être que tout tes autres candidats valent mieux que moi?! Ils sont peut être des dieux ressuscités pour venir te servir toi et ta compagnie?! Je ne sais pas ce que je peux apporter à ta compagnie non plus parce que HEY, je la connais pas la compagnie! Je ne travail pas ici. Sinon jaurais pas eu a postuler… messemble. Y manque de logique dans tes questions.. c’est too much. Jai peur. JE VEUX MA MÈRE!!!! 😭 »
Bien sûr ceci n’as pas été mes réponses. J’ai tenté bien fort de me vanter comme faut..

Et puis, depuis cet entrevue qui m’as fait suer d’endroit que je ne savais même pas que je pouvais suer, je suis là, à regarder mon cell. Et je me demande; d’un coup je suis prise pour la deuxième entrevue? D’un coup que je suis embauché à la fin de tout ça et que je fais mes derniers milles à mon emploi actuel sans m’en rendre compte? J’ai regardé la bijouterie d’un autre oeil aujourd’hui. Une partie de moi est fébrile et excitée. L’autre est terrifiée! J’étais à l’arrière du comptoir et j’observais les murs, le tapis, les meuble du back store.. Je me sentais même un peu triste à chaque blagues de mes 2 collègues fo-folles. Je les adorent. Elles sont la raison principale pourquoi je me lève pour aller travailler chaques matins, mes 2 rayons de soleil quand il pleut et mes confidentes les plus précieuses. Je me prépare tranquillement à mon depart, on dirait. Jai un feeling qui ne s’explique pas. Ouin… Je capote! Cette histoire aussi est à suivre on dirait bien!

Le mode de vie cru.

wp-1453820077665.png

En fin de semaine, je suis tombée sur un article fort intéressant que je vous invite fortement a aller lire en cliquant ici.

C’est sur un sujet qui m’intéresse énormément. La bouffe! Mais pas n’importe quelle bouffe la. Le bon. La nourriture qui te nourrit pour vrai, qui te rassasie suffisamment pour que t’oublie de manger ta brique de Philadelphia pour collation tsé. (ben quoi?! yen a que c’est le chocolat, moi c’est ça!)

Depuis que j’ai débuté mon végétarisme, j’ai remarqué que je mange beaucoup plus de riz, pains, pâtes et fromage qu’avant. Les carnivores se feraient un plaisir fou à me ramasser comme du monde parce que, en effet, tout ces glucides, cest pas très bon. Je ne cuisine pas vraiment de légumineuses, même si je sais que c’est la qu’on y retrouve des nutriments de quantité plus importante quand on est végétariens….

Dans l’article que j’ai partagé, une théorie y est apporté que, quand on cuit nos aliments, on detruit les enzymes qui s’y trouve. Notre système immunitaire les assimilent comme étant des toxines et se défend donc contre ceux ci. C’est pas très bon! En mangeant de la nourriture crue, on évite ça.  L’article propose que 51% de notre bouffe ingéré soit composé d’aliment crus. Ils vantent énormément les graines germées entre-autre pour leurs propriétés ultra-nourrissante.

Hier, fred et moi avons commencé à manger plus cru. Personnellement, en soirée je n’avais pas de fringales, comme à l’habitude. Mais Fred oui. J’ai acheté des graines d’Alfalfa  (luzerne) et un mélange de graines de toute sorte. On a des germoirs et on planifie de commencer à en faire pousser cette semaine. Après une journée, c’est évident que je n’ai pas grand chose à dire. Mon énergie n’est pas encore affectée, et je ne vois pas encore de résultat sur mon corps.. donc, C’est à suivre! J’ai confiance en ce mode de vie parcontre 😊

Si la photo du haut vous a donné l’eau à la bouche, je vous partage le lien. Vous n’avez qu’à cliquer ici. C’est Ricardo ♡

Gone home, jeu de cul

wp-1452954008949.png

Hier, j’ai terminé le jeu Gone Home. Eh oui, c’est le jeu qu’on jouait à temps perdu depuis 2 jours. « Déjà? » vous allez penser. Oui. Et ce n’est aucunement « creepy » je vous l’assure.  En gros, une fois que t’as fait le tour de chaque pièce, lu chaque morceaux de papiers, trouvé tout les clefs de chaque portes barrés et tout les combinaisons de cadenas, tu comprends que: t’es seule. Ben oui, pauvre toi. Parce que tes parents sont partis en voyage d’amoureux pour renforcir leur couple qui battais de l’aile et, ta soeur, qui est tombée amoureuse de sa meilleure amie d’école est partie la rejoindre god knows where pour aller vivre sa vie d’amoureuses lesbiennes tranquille loin de tous. FIN.

Le pire la dedans, c’est que mon chum a trouver le passage secret derrière la bibliothèque en un rien de temps. Durant nos premiers 10 minutes de jeu. Dans ce passage la, il y a une table, où ta soeur et sa blonde ont tenter d’entrer en contact avec l’ancien propriétaire décédé la maison (faut pas s’attendre à rien de plus creepy. Elles ont jouer a OUIJA, le dude a apparament repondu à 2-3 questions. L’histoire s’arrête là). LA clef du grenier se trouve aussi sur la table. Ah cette clef la! On s’attendait à ce qui se passe de quoi au grenier.. Si on avait pas pris le temps de gosser à grandeur de la piaule avant d’y aller, l’aventure ce serait terminé la. Après seulement 15 minutes max de jeux! Parce que au grenier, c’est la que tu découvre enfin ou est passé ta soeur et l’histoire se termine la. Et j’ai payé ça 20 beaux dollars.

Avec 20 piastre, tu peux aussi aller à l’igloofest. Inviter ton chum ou un ami au cinéma. Une ride Montréal-Vaudreuil aller retour. Ça paye au moins 3 plateaux de sushis. C’est bon les sushis. Mmmmh je déjeunerais bien du sushis…. BEN NON JE NE PEUX PAS, J’AI ÉTÉ FLAMBER ÇA DANS GONE HOME!! 😑

Les relations malsaines

wp-1452905503294.jpgQuand t’as un proche qui est dans une relation où il doit restreindre son épanouissement, c’est difficile.

Moi-même , j’ai déjà été dans cette position; j’étais cette fille là, dans une relation caothique, voir toxique pour ma santé mentale et même, physique. Rien ne fonctionnait comme il le faut. Je m’empêchais de dire ou d’agir de la façon que je le sentais, par peur d’empirer la situation, ou encore pire; devoir admettre que cet homme n’était pas pour moi. Quand je rentrais du boulot, j’étais toujours craintive de comment la soirée allait se dérouler. J’étais grandement insécure face à notre relation rocambolesque, je me demandais toujours si il allait finir par me quitter et j’avais cette fixation malsaine, à la fin, à analyser chacun de ses mots et gestes cherchant l’indice qui allais confirmer qu’il ne m’aimais pas comme il le prétendais. Mes amis ne me reconnaissais plus, je n’étais plus la fille énergique fo-folle que j’ai toujours été et, je me sentais carrément m’éteindre à petits feux. Évidemment, tout tournais toujours au vinaigre car quand on est mal, c’est logique je crois, on dégage de mauvaises ondes. On est mal fait, hen.. plus c’est mauvais pour nous, plus c’est difficile d’en sortir. Un vrai cercle vicieux. Comme la mal-bouffe 😜 hehe!

Veux veux pas, dans une situation semblable, tu finis toujours par en parler à un ou plusieurs proches pour t’enlever un peu de poids sur les épaules parce que, sinon c’est sûre que tu pète au frette!  On va se le dire, ç’a un immense effet libérateur de « bitcher » quand ça va mal… mais quand ça fait 5 fois dans le même mois, que t’appelle ta chum en pleurant, là c’est sure que t’as droit aux sermons: « tu devrais le laisser », « il est mauvais pour toi » « trouve toi en donc un qui te mérite »…Ça fâche, parce que dans le plus profond de ton être, tu sais qu’elle a raison, ton amie pis tu te sent niaiseuse en maudits. Mais non! c’est exactement à cette instant qu’on finis par trouver de nombreuses qualités à notre calvaire cauchemardesque. -OK- J’y vais fort sur les mots. Il était pas un monstre mon ex. Je n’étais pas battu, quand même! … et c’était une bonne personne, à sa manière. Je dois l’avouer. (Je pourrais aussi vous parler ici de mon intolérances aux carottes qui sont pourtant si excellentes pour la santé ..pour la majorité de la population!) Ce que je veux dire, c’est que, ce qui est bon pour un ne l’est pas nécessairement pour l’autre. C’est pour ça que l’amour est si complexe. Chacun trouve son petit morceau de paradis bien à lui. Oui oui! Tout le monde a droit au bonheur et je crois sincèrement qu’avec la pensée positive et en se permettant de penser qu’on mérite d’être heureux, on finis TOUJOURS par trouver quelqu’un avec qui grandir, s’épanouir, bâtir, rire… bref, tout les verbes qui finissent en « ir ».Et chaque torchon trouve aussi sa guenille… En tk, just sayin’..

C’est difficile de trouver les bons mots quand tu vois une amie malheureuse dans sa relation. Je sais très bien que malgré tout ce que je peux lui dire, elle va finir par s’écoeurer d’elle même quand elle en aura assez.

Je crois qu’il est inutile de lui rappeler qu’elle prend la mauvaise décision de rester là dedans, parce que ça aide personne de dire ça. On se sent tellement niaiseuse quand on se le fait dire par tout le monde. V’la la signification du fameux proverbe « le coeur à ses raisons que la raison ignore ». Par expérience, je peux dire que j’ai appris sur moi dans chacune des relations que j’ai été. (Et malheureusement, je vous l’avoue, des echecs, je peux dire que j’en ais eu.. un char pis une barge!) Ça m’as aussi donné les outils nécessaires pour faire face à d’autres situations futurs. Faut laisser le temps faire les choses. Respirez, rien arrive pour rien dans la vie. 😉

Mes chats m’aident à mieux passer le lendemain de game

2016-01-14-06.57.15.jpg.jpgHier, j’ai dit qu’il ne s’était rien passé encore au jeu Gone Home!? Bahaha! Ok. Ayoye… tsé, je ne me sentais pas vite vite, comme dans un gros nuage opaque à cause de la manière j’avais dormi la?! Ben c’est ça. J’ai même pas écouter mon propre avertissement que je vous ais lancé, et j’ai continué à jouer JUSTE avant d’aller dormir. C’est brillant. Très brillant. À matin, à 6h, le chum parti travaillé me laissant seul dans l’apart la…. OH! Que je me trouve brillante!! Non, pour vrai je capote. Je vais survivre la.. mais je capote! J’ai encore rêvée à une grosse maison remplie de spectres méchants, parcontre, cette fois, c’était en bonhomme et il y avait des instruments de musique bloqués par des fantômes?!?! Dans le fond, j’ai fait un genre de mélange de Alice et Gone Home. Il faudrait sérieusement que je lâche les jeux vidéo avant d’aller me coucher moi…

Savez-vous ce qui aide? D’avoir 3 chats. Tout les bruits inhabituels, les craquements de planchers, les silhouettes épeurantes dans le noirs, c’est Tout. De. Leurs. Fautes! Sans exceptions. Tantôt, j’ai sûrement imaginé une forme bizarre sur la commode de la chambre. Trop grosse pour être juste un chat… Bah! Ils ont froid, ils se sont tous couchés les uns sur les autres. GROUP HUG!! ♡  Et apres, ça n’arrêtait pas de gratter dans le coin de la chambre. J’ai décidé qu’un des chats tentait de se creuser un terrier, tout bonnement. Oui, oui, un chat peut tenter de se creuser un terrier dans une maison, au 2ieme étage. Non, MES chats ne sont pas weird. LES chats, SONT weird. Non, ton chat il est pas normal, tu ment. Au pire, il fait ses trucs dans ton dos, simplement… Voilà. Vive les chats! J’aime les chats. 😄

 

La gameuse en moi: Gone Home et Alice: The Madness Returns

wp-1452722799377.jpgAujourd’hui, ma tête est comme dans un gros nuage. Pas le genre de nuage gris noir qui te fait esperer que la journée finisse au plus #!%&$? la. Il est juste beeeeen opaque. Je suis comme décalée de la réalité on dirait. Si on me parle, je repond (si on peut appeler ça repondre…). Mais bonne chance pour me comprendre hen! Si je fais quelque chose en meme temps, ton chien est mort, Buddy! Dans ma tête, ça semble cohérent, pourtant.. je crois qu’il y a des bouts de phrases qui se perdent entre mon cerveau et ma bouche. J’imagine ces petits mots manquer la sortie parce qu’ils sont trop endormis… Voilà! Ça doit être ça. Et c’est quand même fréquent chez moi quand je dors mal… j’ai de la chance d’être entourée de gens patients 😅

Hier j’ai commencé un nouveau jeu au PS4 avec mon chum. Il était tard, on revenait d’un souper entre amis, et je crois que j’ai passé la nuit à rêver à une grande maison bourrée d’esprits méchants. Ce n’est pas des blagues, quand mon chum m’as quitté pour le boulot ce matin, j’avais peur! J’ai passé à 2 doigts de l’appeler pour lui en faire part.. mais non, j’me suis retenue en femme adulte-brave-ninja que je suis. BON. Pour ceux qui jouent aux jeux, ça s’appelle Gone Home. C’est sorti hier sur Playstation Store et pour les Xbox one aussi. À l’origine, ça se jouait sur PC seulement et ça a sorti en 2013. L’histoire c’est que toi, Katie, début 20aine, tu reviens de voyage.  T’as pris 1 an a faire le tour de l’Europe, tes parents et ta soeur ont déménagé pendant ton voyage. T’arrive à ta nouvelle demeure perdu dans les bois. Une belle vieille grosse baraque. Il y a une note sur la porte de ta soeur, Sam. En gros, elle te demande de ne pas la chercher et de ne pas parler aux parents de ce que tu peux trouver dans maison. Tu fouille la maison, pièce par pièce, lis des trucs, essais de trouver les clefs des portes barrés, ouvre les tiroirs, découvre des objets …. les parents ont l’aire davoir disparus subitement eux aussi. À date, il n’y a pas grand chose qui se passe pour vrai, mais c’est stressant. On sais que quelque chose s’apprête à arriver. Ça se sent! Essayez le, Je vous jure que ça fait faire de l’exercice au coeur ! Peut être juste pas avant d’aller dormir parcontre…

Un bon ami à moi m’as prêté sa PS3. Je joue à Alice: The Madness Returns. Dans le fond, c’est Alice au pays des merveilles 10 ans plus tard. Après le Alice qu’on connaît, sa maison à passé au feu et toute sa famille y a passé. Depuis 10 ans elle passe d’orphelinats en orphelinats et par des bout elle a aussi été interné dans un asile. Elle retourne dans son monde des merveilles plus vraiment merveilleux… t’as des bebittes à tuer, et des souvenirs à retrouver. À force d’avoir été sur la médication aussi longtemps, t’en a perdu des bouts et tu as même été jusqu’à croire que le feu était de ta faute. C’est « ghore » comme jeu mais pour les fans comme moi de jeux avec des petites filles fucké dans le genre d’Alice, c’est vraiment le fun! Malheureusement, le jeu se joue sur sur PS3. J’ai fait des recherches internet et ça pas l’aire de sortir sur PS4 de si tôt. Fekkkeeee c’était ca pour les jeux! Bonne game 😊